Appui renforcé du Canada à la sécurité alimentaire et à la productivité agricole

L'Aquila (Italie)
9 juillet 2009

Les leaders du G8 au Sommet de 2009 à L’Aquila se sont engagés à augmenter substantiellement l’aide destinée à promouvoir la sécurité alimentaire, notamment sous forme d’engagements de ressources pluriannuels. Ils sont fixés pour but de dégager au moins 15 milliards de dollars américains (17,4 milliards de dollars canadiens) sur trois ans dans le cadre d’une stratégie globale axée sur le développement de l’agriculture durable, tout en restant fermement engagés à assurer une aide d’urgence le cas échéant.

Au Sommet, le Premier ministre a annoncé que l’investissement dans l’aide à la sécurité alimentaire sera plus que doublée, sous forme d’un financement accru de 600 millions de dollars sur trois ans, pour atteindre un total de 1,18 milliard. La nouvelle stratégie du Canada est axée sur les besoins actuels, tout en assurant une sécurité alimentaire à long terme pour les populations pauvres et vulnérables. Stimuler la productivité agricole comme moteur de la croissance économique durable aura des résultats concrets dans les pays en développement.

L’annonce d’aujourd’hui renforce le bilan excellent du Canada en matière de sécurité alimentaire.

Le 20 mai 2009, le Canada a annoncé que le renforcement de la sécurité alimentaire sera l’une de ses cinq grandes priorités pour l’aide internationale.

En avril 2008, le gouvernement du Canada avait déjà entièrement délié son budget de l’aide alimentaire, ce qui profite particulièrement aux pays en développement. Délier l’aide alimentaire contribue à promouvoir le développement de marchés locaux et régionaux, et à faire en sorte que les besoins des populations vulnérables soient satisfaits en temps opportun. Cela permet aussi d’assurer que des biens appropriés au plan culturel soient remis aux bénéficiaires. D’ailleurs, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques, délier les budgets de l’aide alimentaire accroît leur portée de 30 %, car cela permet des activités telles que l’approvisionnement local et la réduction des coûts de transport.

À la réunion onusienne de 2002 sur le consensus de Monterrey, le Canada s’est engagé à doubler son aide internationale pour la faire passer à 5 milliards de dollars d’ici l’exercice 2010 2011, par rapport à 2,5 milliards en 2001 2002.  Aux termes du budget de 2008, le financement est en place pour tenir cet engagement. 

Au Sommet du G8 de 2005, les leaders ont promis d’accroître leur aide à l’Afrique. Quant au Canada, il s’est engagé à doubler son aide à l’Afrique en la faisant passer de 1,05 milliard de dollars en 2003-2004 à 2,1 milliards d’ici l’exercice 2008-2009. Il a tenu son engagement.