Réponse du gouvernement du Canada à la situation en Ukraine

Ottawa (Ontario)
17 mars 2014

Le gouvernement du Canada adopte d’importantes mesures en vue d’appuyer l’Ukraine et d’imposer des sanctions contre les personnes responsables de la crise en cours.

Le 26 janvier 2014

Andrew Bennett, ambassadeur du Canada pour la liberté de religion, a effectué une visite fructueuse en Ukraine durant laquelle il a exprimé la préoccupation constante du Canada en ce qui a trait aux violations des libertés fondamentales et a réitéré l’engagement du Canada envers la population ukrainienne.

Le 14 février 2014

John Baird, ministre des Affaires étrangères, a annoncé l’octroi de fonds destinés à procurer des fournitures, de l’équipement et des soins médicaux aux activistes ukrainiens par l’entremise d’une contribution à la International Renaissance Foundation, une organisation non gouvernementale ukrainienne.

Le 28 février 2014

Le ministre Baird a dirigé une mission fructueuse en Ukraine où, en compagnie d’une délégation canadienne de parlementaires et de représentants de la communauté ukrainienne‑canadienne, il a rencontré des membres clés du nouveau gouvernement.

Le 1er mars 2014

En réaction aux très graves développements survenus en Ukraine, le Premier ministre a convoqué une réunion de ministres du Cabinet, précédée d’une conversation téléphonique avec le Président Obama.

Dans une déclaration, le Premier ministre a annoncé les mesures suivantes :

    • La suspension de l’engagement du Canada en préparation du Sommet du G-8 qui, selon ce qui est actuellement prévu, doit se tenir à Sotchi, et le rappel de l’ambassadeur du Canada à Moscou aux fins de consultations;
    • L’appui du Canada envers le déploiement immédiat d’observateurs internationaux de l’ONU et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Ukraine;
    • La participation du Canada à des discussions visant à élaborer une aide financière destinée à l’Ukraine.

Le 2 mars 2014

Le Canada et d’autres dirigeants du G-7 ont fait une déclaration conjointe en vue de condamner la violation claire de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine par la Russie. De plus, ils ont annoncé la suspension de leur « participation aux activités liées à la préparation d’une rencontre du G-8 à Sotchi, tant qu’elle ne changera pas de cap et que le climat ne sera pas de nouveau propice à la tenue d’entretiens significatifs. »

Le 3 mars 2014

Le Premier ministre Harper a fait une déclaration dans laquelle il exhortait encore une fois le Président Poutine à retirer ses forces militaires de Crimée, en ajoutant que la situation en Ukraine demeurait extrêmement grave pour la paix et la sécurité mondiales.

Il a également déclaré qu’en plus de suspendre l’engagement du Canada en vue des préparations au Sommet du G-8 et de rappeler notre ambassadeur de Russie, il avait annulé toute représentation du gouvernement aux Jeux paralympiques, en plus de demander aux représentants du gouvernement d’examiner toutes les interactions prévues avec la Russie.

Le Premier ministre a discuté avec Arseni Latseniouk, Premier ministre d’Ukraine. Les deux chefs d’État ont discuté des événements en Crimée et dans les régions du Sud et de l’Est de l’Ukraine. Le Premier ministre Harper a sévèrement critiqué l’intervention militaire du président Poutine en Ukraine. 

Le 4 mars 2014

Le Premier ministre Harper a annoncé que, dès maintenant, toutes les activités bilatérales planifiées entre les Forces armées canadiennes et les forces militaires de la Fédération de Russie étaient suspendues. Elles comprennent des exercices, comme Vigilant Eagle du NORAD, et des réunions planifiées.

Le 5 mars 2014

Le Premier ministre Harper a annoncé qu’à la demande du procureur général d’Ukraine, le Canada gèlera les biens des membres du régime Ianoukovitch. En résultat, 18 personnes, dont des membres de l’ancien régime Ianoukovitch, des membres de leurs familles et leurs proches collaborateurs, ont été désignées aux termes des règlements de la Loi sur le blocage des biens des dirigeants étrangers corrompus (Ukraine). 

Le Canada a suspendu sa participation à la Commission économique intergouvernementale (CEI) Canada-Russie, établie pour promouvoir les relations économiques entre le Canada et la Russie.

Le Premier ministre Harper a annoncé qu’à la demande de l’Ukraine, le Canada, avec plusieurs autres pays membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), participera à une importante mission d’observation militaire qui rendra compte des opérations militaires en Ukraine. Le Canada a fourni deux observateurs militaires.

Le 6 mars 2014

Le Premier ministre Harper a fait une déclaration dans laquelle il dit que l’invasion russe de l’Ukraine est un acte d’agression, en violation claire de la souveraineté de l’Ukraine et du droit international. Il a ajouté que le Canada ne reconnaîtrait pas le résultat d’un référendum tenu dans une région qui est sous occupation militaire illégale.

Le 12 mars 2014

Les dirigeants du G7 ont fait une déclaration demandant à la Fédération de Russie de cesser tous ses efforts pour changer le statut de la Crimée en violation de la loi ukrainienne et du droit international. Ils ont demandé à la Fédération de Russie de cesser immédiatement toute mesure de soutien à la tenue d’un référendum sur le statut de la Crimée en violation directe avec la constitution de l’Ukraine.

Le 13 mars 2014

Le Premier ministre Harper a annoncé plus de 220 millions de dollars d’aide financière à l’Ukraine pour stabiliser son économie et promouvoir son développement économique et social.

Le 16 mars 2014

Le Premier ministre Harper a fait une déclaration sur les résultats du « référendum » criméen, réitérant qu’il n’était pas légitime, qu’il n’avait aucune conséquence juridique, et que le Canada ne reconnaissait pas ses résultats.

Le 17 mars 2014

Le Premier ministre Harper a annoncé d’autres sanctions économiques visant des dirigeants criméens et russes en vertu de la Loi sur les mesures économiques spéciales.

Le Premier ministre a également rencontré Vadym Prystaiko, ambassadeur d’Ukraine au Canada, pour discuter de la situation actuelle.