Main Container

logo

Un an après la COP15 : protéger la nature et renforcer les communautés en partenariat avec les peuples autochtones

Main Content

Depuis des millénaires, les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis sont les gardiennes de la terre, de l’eau et de la glace. Ainsi, à travers le pays, les peuples autochtones déploient des efforts de grande envergure pour assurer la conservation et l’intendance de ces espaces. En soutenant ces initiatives et en travaillant ensemble sur le chemin de la réconciliation, nous continuerons à protéger la nature, à renforcer les communautés et à favoriser la croissance d’économies locales offrant de bons emplois et de bonnes possibilités pour les générations à venir.

Il y a un an, en marge de la 15e réunion de la Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies, qui a eu lieu à Montréal, au Québec, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé l’octroi d’un financement pouvant atteindre 800 millions de dollars pour soutenir quatre initiatives de conservation dirigées par des Autochtones. Cette approche de financement multipartenaires à long terme, par le biais du modèle innovant de financement de projets pour la permanence, est conçue pour mobiliser le soutien des gouvernements, des communautés et des philanthropes afin de protéger la nature tout en soutenant la croissance économique locale fondée sur la conservation et l’utilisation durable des ressources. Ces modèles de conservation dirigés par des Autochtones protégeront certains des écosystèmes les plus divers et les plus sensibles du Canada, notamment dans le cadre de projets réalisés dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Colombie-Britannique et en Ontario. Ensemble, ces initiatives permettront de protéger jusqu’à un million de kilomètres carrés de terres et d’eau au Canada.

Aujourd’hui, le premier ministre s’est joint à des partenaires pour souligner les importants progrès réalisés au cours de l’année écoulée dans l’avancement de ces projets phares dirigés par des Autochtones, notamment :

  • La signature d’un accord de principe concernant le modèle de financement de projets pour la permanence du Qikiqtani, dans l’est du Nunavut, qui vise à créer l’un des plus grands réseaux de zones protégées gérés par les Inuits dans le monde. S’appuyant sur le savoir et les pratiques inuites, cette initiative permettrait aux communautés locales de gérer près d’un million de kilomètres carrés de terres et d’eaux dans la région, tout en créant de bons emplois et de nouvelles opportunités;
  • La signature d’un accord-cadre sans précédent entre 26 partenaires concernant le modèle de financement de projets pour la permanence des Territoires du Nord-Ouest – l’une des plus vastes initiatives de conservation des terres menées par des Autochtones dans le monde. Une fois conclu, cet accord pourrait contribuer à hauteur d’au moins 2,5 % à l’engagement du Canada de protéger 30 % de ses terres et de ses eaux d’ici 2030;
  • L’approbation du Plan d’action du réseau des aires marines protégées pour la mer Great Bear par 17 Premières Nations ainsi que par les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique. Cette initiative contribuerait à protéger la biorégion du plateau Nord et à préserver la vie dans les eaux locales et l’océan, notamment les baleines menacées, les coraux anciens, les saumons et les oiseaux marins;
  • Les travaux en cours menés en partenariat avec le Conseil de Mushkegowuk pour assurer la conservation des terres traditionnelles de la Nation Omushkego, qui couvrent une partie importante de la forêt boréale et des basses terres de la baie d’Hudson, en Ontario et au Nunavut, tout en stimulant la croissance économique locale.

Ces projets menés par les Autochtones sont un cadeau pour le Canada et pour notre avenir commun. Nous restons déterminés à adopter une approche qui mobilise l’ensemble du gouvernement et à travailler avec tous les partenaires, y compris les provinces et les territoires, pour faire progresser les négociations au cours des prochains mois. Comme il s’y est engagé lors de la COP15, le gouvernement du Canada a accordé un financement pour assurer le succès à long terme de ces initiatives par l’intermédiaire d’un modèle qui tire également parti du soutien philanthropique. En travaillant ensemble, nous pouvons mettre sur pied un nouveau modèle d’intendance dans ces régions, un modèle qui favorise leur prospérité aujourd’hui comme demain et qui assure la protection de la terre, de l’eau et de la glace pour les générations à venir.

Citations

« La protection de la nature et les progrès réalisés sur le chemin commun de la réconciliation peuvent et doivent aller de pair. Il y a un an, lorsque le monde était réuni à Montréal pour la 15e Conférence des Parties, j’étais en compagnie de représentants de projets de conservation menés par des Autochtones dans les Territoires du Nord-Ouest, en Colombie-Britannique, au Nunavut et en Ontario, et je me suis engagé à ce que le gouvernement fédéral soit à leurs côtés, comme partenaire. Au cours de l’année qui s’est écoulée depuis, nous avons accompli ensemble des progrès concrets, faisant avancer des projets qui permettront non seulement de protéger d’immenses étendues de nature, mais également de favoriser la croissance et de créer des possibilités à l’échelle locale. Aujourd’hui et toujours, le Canada sera présent en tant que partenaire pour soutenir les communautés qui nourrissent la vision d’un avenir fort et sain pour les générations à venir. »

Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Nos Nations ont prouvé que les initiatives de conservation menées par les Autochtones et soutenues par un financement durable produisent des résultats concrets pour la nature, l’économie et les communautés. Nous sommes heureux de collaborer avec le Canada et la Colombie-Britannique pour mettre en œuvre le modèle de financement de projets pour la permanence de la mer Great Bear, une initiative novatrice qui permettra de protéger nos côtes, de créer des emplois, de rétablir une pêche commerciale abondante et durable, et de renforcer les communautés côtières. »

 K̓áwáziɫ Marilyn Slett, présidente de l’initiative Great Bear des Premières Nations côtières, et Dallas Smith, président du conseil Nanwakolas

« Nous assurons l’intendance de nos terres ancestrales depuis des millénaires et nous continuerons de le faire pour les générations à venir. Sans nos terres et nos eaux, notre peuple ne peut exister. La conservation de nos terres ancestrales est également un cadeau que nous offrons au reste du monde. Les terres et les eaux qui ont permis aux Omushkego de survivre ont refroidi et continuent de refroidir la planète, nous mettant tous à l’abri d’effets encore plus graves des changements climatiques. Dans l’esprit des wahkohtowin – les relations que nous entretenons les uns avec les autres et avec notre Terre mère –, nous nous réjouissons de travailler dans le cadre d’une approche pangouvernementale avec les dirigeants de la province et du gouvernement fédéral afin de concrétiser une vision pour notre région. Une vision de la conservation et une vision, en accord avec les Nations autochtones, de l’accès aux minéraux essentiels à la transition verte dont le monde a besoin. »

Leo Friday, grand chef du Conseil de Mushkegowuk

« Notre vision pour la région de Qikiqtani en est une où chaque communauté peut participer de façon permanente à l’intendance et à la surveillance de nos terres et de nos eaux, grâce à une sécurité alimentaire accrue, et transmettre le savoir inuit d’une génération à l’autre. Grâce aux partenariats que nous sommes en train de mettre en place, nous pouvons voir que notre vision de la conservation menée par les Inuits peut être réalisée. Nous sommes impatients de conclure des ententes définitives qui confirmeront les relations et les ressources qui permettront aux Inuits de Qikiqtani de concrétiser leur vision dans chacune des communautés de notre région. »

Olayuk Akesuk, président de l’Association inuite du Qikiqtani

« De nombreux partenaires se sont rassemblés autour d’une vision commune pour soutenir la conservation menée par les Autochtones dans les Territoires du Nord-Ouest. Après les feux de forêt dévastateurs de 2023, il était inspirant de voir 26 signataires se réunir cet automne pour soutenir la conservation, le bien-être des communautés, le renforcement des capacités, l’intendance, la réconciliation et la revitalisation culturelle. Une fois achevé, le modèle de financement de projets pour la permanence des Territoires du Nord-Ouest permettra de mettre en place l’une des plus importantes initiatives de conservation des terres dirigées par des Autochtones dans le monde entier. Des investissements à la hauteur de notre vision commune permettront de générer des avantages transformateurs pour les années à venir. »

Jackson Lafferty, grand chef du gouvernement Tłı̨chǫ

Faits saillants

  • Le modèle de financement de projets pour la permanence (FPP) fournit un investissement multipartenaires et un financement durable à l’appui d’efforts de conservation à grande échelle et de développement durable.
  • Ces initiatives de FPP dirigées par des Autochtones rassemblent des organisations autochtones, des gouvernements et la communauté philanthropique afin de définir des objectifs communs pour protéger la nature et, à terme, freiner la perte de biodiversité, tout en favorisant la réconciliation avec les peuples autochtones.
  • Annoncée l’année dernière, la contribution fédérale pouvant atteindre 800 millions de dollars permet de mobiliser des investissements de tiers pour contribuer à l’atteinte des objectifs de conservation du Canada et faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones.
  • S’appuyant sur la science, le savoir autochtone et les perspectives locales, le Canada s’est engagé à collaborer avec ses partenaires pour conserver 25 % des terres et des eaux d’ici 2025 et 30 % de celles-ci d’ici 2030.
  • Le gouvernement du Canada a réalisé des investissements sans précédent dans des initiatives de conservation menées par des Autochtones, notamment par l’intermédiaire d’initiatives telles que le programme Gardiens autochtones.
  • En décembre 2022, le Canada a accueilli le monde entier à Montréal, au Québec, à l’occasion de la 15e Conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique des Nations Unies, où nous avons renouvelé l’appel à une action ambitieuse pour protéger la nature. Lors de la Conférence, le Canada a joué un rôle de premier plan dans l’adoption du Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal, une entente internationale sans précédent conclue avec plus de 190 pays pour aider à protéger la nature et à inverser la perte de biodiversité dans le monde.

Liens connexes