Main Container

logo

Un programme national d’alimentation scolaire qui prépare les enfants à la réussite

Main Content

Chaque génération mérite une chance équitable et un avenir en santé, aussi bien les enfants que les parents et les grands-parents. C’est pourquoi nous soutenons les familles, et c’est l’une des nombreuses mesures que nous prenons dans le Budget 2024 pour bâtir une économie qui aide toutes les générations à aller de l’avant.

Les enfants méritent d’avoir le meilleur départ possible dans la vie. Toutefois, aujourd’hui, près d’un enfant sur quatre au Canada ne mange pas à sa faim, ce qui nuit à sa santé, à son apprentissage et à son épanouissement. En raison de la hausse du prix du panier d’épicerie, les parents n’ont pas les moyens de mettre suffisamment d’aliments sains sur la table. De nombreuses études ont montré que les enfants qui mangent bien se débrouillent mieux à l’école, ce qui les prépare à la réussite. Chacun mérite une chance équitable de réussir. Nous croyons que, pour assurer l’équité, nous devons nous soutenir mutuellement à tous les stades de la vie, et ce, dès l’enfance.

C’est pourquoi nous avons effectué des investissements générationnels dans des mesures comme l’Allocation canadienne pour enfants, qui permet aux familles de recevoir jusqu’à près de 8 000 $ par enfant par année pour les aider à subvenir aux besoins essentiels de leurs enfants. Depuis 2015, 650 000 enfants ont été sortis de la pauvreté, ce qui signifie que le taux de pauvreté chez les enfants au Canada a diminué de plus de la moitié.

Et nous poursuivrons nos efforts pour venir en aide aux enfants, en particulier aux enfants vulnérables.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé aujourd’hui la mise en place d’un nouveau programme national d’alimentation scolaire. Grâce à un investissement d’un milliard de dollars sur cinq ans, le programme, qui fait partie du Budget 2024, sera lancé avec l’objectif de fournir des repas à 400 000 enfants de plus chaque année, en plus des enfants qui bénéficient déjà de programmes d’alimentation scolaire existants. Les mères et les pères auront donc l’esprit tranquille, sachant que l’on s’occupe de leurs enfants et que ces derniers mangent à leur faim. Les enfants, quant à eux, recevront des repas sains, ce qui les aidera à apprendre, à grandir et à atteindre leur plein potentiel. Il s’agit d’un investissement dans l’avenir de nos enfants, à l’échelle de toute une génération, et nous allons travailler avec les provinces et les territoires ainsi qu’avec les partenaires autochtones pour faire en sorte que chaque enfant mange à sa faim.

Le programme constituera un filet de sécurité pour les enfants qui en ont le plus besoin. Le manque d’accès à la nourriture touche de manière disproportionnée les enfants issus de familles à faible revenu et de communautés racisées et autochtones. Grâce à ce programme, nous mettons des aliments sains dans l’assiette des enfants en pleine croissance.

Nous effectuerons des investissements pour les communautés des Premières Nations, inuites et métisses ainsi qu’à l’appui de partenaires des nations autonomes et signataires de traités modernes, dont beaucoup affichent des taux d’insécurité alimentaire parmi les plus élevés au Canada. Les investissements contribueront aussi au renforcement des capacités et à la collaboration avec les partenaires autochtones pour élaborer conjointement des solutions adaptées à la culture. Ces partenariats auront pour but de lutter contre l’insécurité alimentaire, en proposant des solutions dirigées par les Autochtones, et de poursuivre notre travail de réconciliation.

Le nouveau programme national d’alimentation scolaire aidera également les provinces, les territoires et les partenaires autochtones à élargir les programmes d’alimentation scolaire déjà en place, afin que davantage d’enfants dans tout le pays puissent recevoir les repas sains dont ils ont besoin. Ce programme profite non seulement aux parents et aux enfants, mais aussi à l’économie. Il permettra d’atténuer la pression que ressentent les familles et d’investir directement dans l’avenir de nos enfants, tout en contribuant à améliorer la santé, l’éducation et le bien-être des enfants.

La semaine dernière, nous avons annoncé des mesures visant à protéger les locataires et à créer davantage de places en garderie à un prix abordable. Ceci s’ajoute aux mesures que nous prenons pour améliorer les soins de santé et les soins dentaires, renforcer les pensions et accroître l’accès aux médicaments, afin que vous puissiez obtenir ce dont vous avez besoin pour être en santé, peu importe qui vous êtes et quel est votre revenu. Notre réussite dépend de celle du Canada. Et pour assurer la réussite du Canada, nous devons veiller à ce que les plus jeunes générations soient en bonne santé, qu’elles se portent bien et qu’elles soient préparées à réussir.

Citations

« Le programme national d’alimentation scolaire change la donne. Il permettra d’atténuer la pression que ressentent les familles, d’investir directement dans l’avenir de nos enfants et de veiller à ce qu’ils soient heureux, en bonne santé et en mesure d’atteindre leur plein potentiel. Il s’agit d’une question d’équité. Nous voulons prendre les mesures nécessaires pour donner à nos enfants le meilleur départ possible dans la vie. »

Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Depuis 2015, nous avons réduit le taux de pauvreté chez les enfants en le faisant passer de 16,3 % à seulement 6,4 % en 2021, ce qui a permis de sortir 650 000 enfants de la pauvreté. Aujourd’hui, en raison de la hausse du prix du panier d’épicerie, il est difficile pour les familles, en particulier pour les parents millénariaux, de se procurer les aliments dont leurs enfants ont besoin. Pour que chaque enfant ait une chance équitable d’avoir un bon départ dans la vie, nous lançons un programme national d’alimentation scolaire d’une valeur d’un milliard de dollars afin d’aider 400 000 autres enfants à obtenir la nourriture dont ils ont besoin pour s’épanouir. »

L’hon. Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Finances

« Nous mettons en place un programme national d’alimentation scolaire parce que les enfants apprennent mieux lorsqu’ils ont l’estomac plein. Ce programme aura des effets incroyables : il aidera les parents à faire face à la hausse du prix du panier d’épicerie et donnera aux enfants toutes les chances d’apprendre, de grandir et d’atteindre leur plein potentiel. »

L’hon. Jenna Sudds, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

Faits saillants

  • Le Budget 2024 du gouvernement du Canada sera déposé à la Chambre des communes par la vice-première ministre et ministre des Finances le mardi 16 avril 2024.
  • Ces derniers jours, en prévision du dépôt du Budget 2024, le premier ministre a annoncé de nouvelles mesures afin d’offrir une chance équitable à toutes les générations. Le Budget 2024 va :
    • rétablir l’équité générationnelle pour les locataires, en particulier les millénariaux et les membres de la génération Z, grâce à de nouvelles mesures visant à protéger les droits des locataires et à leur donner des moyens de devenir propriétaires.
    • aider plus de familles à économiser de l’argent et plus de mères à reprendre leur carrière en créant davantage de places en garderie à un prix abordable et en offrant une formation aux éducateurs de la petite enfance partout au Canada.
  • Près d’un enfant sur quatre ne mange pas à sa faim, ce qui nuit à son apprentissage et à son épanouissement. Des études ont montré que les élèves qui prenaient régulièrement un déjeuner nutritif obtenaient de meilleures notes en lecture, en mathématiques et en sciences que leurs camarades qui n’en prenaient que rarement ou jamais.
  • Il est prouvé que les programmes d’alimentation scolaire jouent un rôle d’égalisateur social. Ils s’inscrivent également dans une approche globale en matière d’équité et de soutien aux enfants et à leurs familles. Ces programmes procurent notamment les avantages suivants :
    • Ils contribuent à réduire la faim, l’insécurité alimentaire et les inégalités en matière de santé.
    • Ils favorisent l’assiduité et la réussite des élèves et les aident à obtenir de bons résultats scolaires.
    • Ils aident les familles en réduisant leurs dépenses alimentaires et le temps qu’elles doivent consacrer à la préparation des repas de leurs enfants.
    • Ils soutiennent les agriculteurs locaux et les économies locales ainsi que les systèmes alimentaires durables et les pratiques connexes.
  • Par ailleurs, afin de donner à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie, le gouvernement fédéral :
    • donne plus d’argent aux familles par le biais de l’Allocation canadienne pour enfants, afin de les aider à répondre aux besoins de leurs enfants et d’améliorer de façon concrète la vie des enfants au Canada. L’Allocation canadienne pour enfants, qui peut atteindre 7 437 $ par enfant en 2023-2024, est indexée chaque année au coût de la vie. Depuis son lancement en 2016, l’Allocation a permis de sortir plus d’un demi-million d’enfants de la pauvreté.
    • met en place un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dans l’ensemble des provinces et des territoires, qui a déjà permis de réduire les frais des services de garde réglementés à une moyenne de 10 $ par jour ou moins dans plus de la moitié des provinces et des territoires, et de 50 % ou plus dans les autres provinces et territoires.
    • améliore l’accès aux soins dentaires pour les enfants de moins de 12 ans grâce à la Prestation dentaire canadienne, et fera bientôt de même pour les enfants de moins de 18 ans grâce au Régime canadien de soins dentaires, car personne ne devrait avoir à choisir entre s’occuper de la santé dentaire de ses enfants et nourrir sa famille.